ESNA-Mondes américains-Activités scientifiques

Projets de recherche en cours

Investir dans le sacré

Coordination à l'ESNA-Mondes américains : Aliocha Maldavsky
Membres: Ariane Boltanski (U. Rennes), Marie-Lucie Copete (U. de Rouen), Laurence Croq (U. de Paris-Nanterre), Roberto Di Stefano (U.de La Pampa, Argentine), Antoine Roullet (CNRS).

Le groupe de recherche « Investir dans le sacré », accueilli par la Casa de Velázquez de Madrid (2014-2016), se pose comme objectif d’explorer les rapports entre les actions pieuses des laïcs, la recherche du salut et d’une légitimité sociale. Conçue dans la longue durée (du XVI au XIXe siècle), la collaboration entre spécialistes d’Europe et d’Amérique, s’inscrit d’emblée dans une perspective comparée. Les bases de la réflexion ont été posées à Nanterre en mai 2014, puis une rencontre à Valladolid, en février 2015 s'est concentrée sur la question de la place de ces laïcs dans la gestion des biens religieux. Un colloque à Buenos Aires, les 10 et 11 septembre 2015, a permis de concentrer la réflexion plus spécifiquement sur le territoire. Une rencontre à Madrid les 4-5 et 6 juillet 2016 ses concentrée sur "L'Eglise des Laïcs".
Deux publications ont vu le jour et deux autres sont en cours de préparation.

Plus d'informations

 

CAPUTIMPER

Coordination: Arnaud Exbalin
Laboratoires associés: l’ESNA (Mondes Américains, UMR 8168), l’IHTP (UMR 8244), l’IDHES (UMR 8533), le CRIIA de Paris-Nanterre (EA 369 Etudes romanes), et le TransCrit de Paris 8 (EA 1569 Mondes anglophones).

Rio, Mexico, Alger, Bogota, Le Cap-Français, Port-au-Prince, Cayenne, Charleston, Lima, Porto Novo, Santiago du Chili et Williamsburg, 12 villes sont étudiées par des enseignants chercheurs de Paris 8 et Paris Nanterre. Ce projet financé par Paris Université Lumière (budget de 44 000 euros de 2018 à 2020) s'intéresse aux régimes de capitalité entre Afriques et Amériques sur la longue durée en contexte colonial et post-colonial.

Ce projet de recherche, nouveau et « blanc » intitulé CAPUTIMPER, a pour objectif de réunir des historiens des mondes extra-européens des universités de Paris Nanterre et de Paris 8 afin de repenser la notion de « capitale ». Il vise à susciter des collaborations universitaires à plus longue échéance (type ANR ou ERC) entre les deux universités partenaires de la COMUE-UPL ainsi qu’à l’international. L’un des paris de CAPUTIMPER est de faire travailler ensemble des historiens de périodes et de spécialités différentes sur un vaste espace.
L’approche comparative d’espaces impériaux a certes déjà été menée mais seulement pour les empires coloniaux du XIXe siècle et donc essentiellement sur l’Afrique et l’Asie. En revanche, la comparaison entre des capitales situées dans l’empire ibérique (XVIe-XIXe siècle), l’empire français (XVIIe-XXe siècle) et l’empire britannique n’a jamais été réalisée sans doute en raison du maniement délicat induit par l’usage de temporalités différentes. Nous voudrions dépasser la coupure entre historiens modernistes et contemporanéistes en adoptant un cadre chronologique de longue durée jusqu’au temps présent pour générer la comparaison entre des capitales relevant de logiques impériales distinctes. C’est aussi une manière de reposer la question des significations du mot « colonial ».


Mis à jour le 19 juillet 2018